Nourritures

Evidemment, difficile d’être amateur de nourritures sans suivre de temps à autre le blog de François Simon, à juste titre je trouve.

Ce matin cependant, le très léger agacement que je sentais à la lecture de certains de ces billets, du style : « moi j’aime quand la cuisine percute, ça balance, ça tambourine, ça fulmine, le produit est là, fier, droit, narquois et on se dit qu’on est pas si mal hors de chez soi….. » (les lecteurs assidus du blog y reconnaîtront sans peine le style). Cet agacement a viré à la stupéfaction en lisant sa récente chronique du restaurant rémois l’Assiette Champenoise.

Quoi, trois étoiles pour ce restaurant ? Chacun son truc, mais n’étant pas critique gastronomique, je mesure l’effet que me fait un restaurant à sa cohérence, au simple fait que de l’assiette au bidet, tout semble guidé par un même geste et qu’en survive un souvenir bien ancré, reliant le plaisir de la bouche à celui des yeux; quelques surprises pour des plats attendus, de la créativité sans supercherie.

Le restaurant dont il est ici question a sans doute des tonnes de qualité qui m’échappent mais il m’avait fait l’effet d’une mazda un peu customisée, bref une excellente voiture mais qui a vite tendance à pétarader un peu plus haut que son pot d’échappement.

François Simon trouve à certains plats une qualité là où je ne vois que quelque chose de « sophistiqué », comprendre illisible et encombrant; un peu comme l’ambiance, qui fait discrètement show room d’une boutique design hors de prix, « chic et décontracté » (où F. Simon a-t-il pioché cette expression?) me semble plutôt boursoufflée et vaguement prétentieuse.

Comme aime à dire notre critique masqué: « faut-il lui donner trois étoiles? ». eh ben non ! Au même prix, je préfère une descente au Verre volé (dont F. Simon a dit tant de bien) avec une dégustation en règle de quelques bouteilles. Ca n’a certes rien à voir mais une fois encore je ne suis pas critique.

Sur le même sujet ou presque, le Lancet a récemment publié une étude sur l’évolution de l’IMC (indice de masse corporelle) dans un grand nombre de pays. Les résultats sont particulièrement frappants et indiquent sans conteste une hausse du taux de personnes souffrant de surpoids dans l’ensemble des pays développés, induisant une hausse correlée de risques de morbidité associée (Le Washington post a réalisé une animation permettant d’observer les différentes évolutions).

Le problème, alarmant aux Etats-Unis, l’est également en France auprès des personnes à faibles revenus (voir notamment l’étude de DRESS sur le sujet). Il s’agit cependant d’un problème de santé publique difficile à manier puisque parmi les obstacles que peuvent rencontrer les acteurs publics dans le traitement de ce type de question se trouve la nécessité de modifier les comportements alimentaires des persones elles-mêmes.

C’est un fascinant sujet pour les politiques publiques dont on commence à peine à prendre la mesure et sur lequel il faudra bien revenir. Laissant ceci pour une autre fois, citons néanmoins l’initiative du distributeur américain Whole Foods d’installer des Bars à salades dans les écoles américaines……. Cela peut-il avoir un impact?

Publicités

2 réponses à “Nourritures

  1. Pingback: graphique du jour et nourritures – suite « Morgan Poulizac·

  2. Pingback: Nourritures de Champagne, suite « Morgan Poulizac·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s