Innovation sociale – Que peuvent les entreprises?

Les entreprises sont de formidables machines à innover : innovation technique et technologique évidemment, innovation organisationnelle très sûrement, innovation marketing fortement.

Depuis une dizaine d’années, les entreprises ont, en plus de leur obligation de faire des profits (si possible maximum), l’injonction voire la contrainte d’adopter des actions en responsabilité sociale et environnementale (RSE). Elles ont pu le faire en minimisant leurs externalités négatives, engageant des procédures de réduction de leur empreinte sur l’environnement, adoptant des codes de conduite, en finançant enfin des programmes sociaux. Elles ont cependant rarement fait preuve de la même innovation qu’elles savent si bien mobiliser pour d’autres fins.

Les possibilités sont extensibles, allant du simple « green washing » à d’ambitieux programmes. Tout cela s’est pourtant développé comme si la RSE évoluait à la marge de l’activité principale de l’entreprise, devenant occasionnellement un axe stratégique mais étant relégué plus régulièrement aux pages développement durable du rapport annuel.

Pour des raisons sur lesquelles je reviendrai, sans pour l’instant avoir les idées parfaitement claires, certaines entreprises semblent aujourd’hui mettre à profit leur capacité d’innovation à des fins également sociales. Par une curieuse, parce qu’inattendue, conjonction, ces entreprises voient, dans l’innovation sociale, une voie pour concilier la recherche d’un profit avec, en chemin, la poursuite d’un impact social et environnemental.

Je prends pour exemple la récente initiative de Pepsi au Mexique, rapporté par le New York Times. Pendant longtemps, les fermiers du plateau de Jalisco devaient transporter leurs céréales par delà les montagnes et par un sinueux chemin jusqu’aux grossistes situés à la frontière américaine qui les vendait ensuite à Pepsi Co. Non seulement le salaire était maigre mais les conditions de transport plaçaient ces fermiers dans une situation de précarité permanente.

Voilà quelques temps, Pepsi a décidé de se passer d’intermédiaires et de négocier directement avec les fermiers. Pepsi achète aujourd’hui aux fermiers, depuis le lieu de production (Pepsi assurant lui-même le transport) et à prix fixe, les céréales nécessaires à sa production.

Les bénéfices de l’initiative sont réciproques.

Pour les fermiers, outre qu’ils économisent l’énergie, le temps et le coût lié au transport des céréales, peuvent, grâce à la prédétermination des prix, obtenir des prêts pour investir dans leur activité et dans leur famille.

Pepsi, en se passant d’intermédiaires, réalise évidemment une économie sur le prix d’achat de la matière première. De plus, en rationalisation la collecte des céréales, il économise en partie le coût de logistique tout en diminuant nettement l’empreinte carbonne de sa production. Enfin, il participe à l’amélioration des conditions de vie de ses fournisseurs mexicains.

Il me semble qu’à travers cette initiative, on peut voir ce que l’innovation sociale peut apporter aux entreprises et, inversement, ce que les entreprises peuvent apporter aux projets d’innovation sociale.

on y reviendra.

Publicités

2 réponses à “Innovation sociale – Que peuvent les entreprises?

  1. Pingback: Une bouteille en plastique « Morgan Poulizac·

  2. Pingback: Liens pour les manger: billet gastro « Morgan Poulizac·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s