Bonheur – bien conduire sa vie

L’économiste Richard Layard, dans une série de travaux récents, considère que le bonheur devrait être une fin poursuivie par les Etats, au même titre que la croissance du produit intérieur brut ou la diminution de la délinquance.

J’ai déjà pointé les risques évident à rendre responsable l’Etat d’une chose aussi intime que peut l’être le bonheur. Le point de Layard est cependant un peu différent en ce qu’il indique simplement que le bonheur subjectif des individus est un indicateur de la performance objective d’une nation. Il montre notamment comment les inégalités de revenus, loin de n’être qu’une donnée microéconomique dont il faudrait s’accommoder, constitue potentiellement le signe précurseur d’une montée des frustrations et qu’elles doivent, pour cette raison, être diminuées.

Il faut être heureux, optimistes. Chaque saison, les magazines nous démontrent pourquoi « cette année, c’est la bonne ». La plaie, zut. Le Guardian consacrait même il y a peu un article sur le lien le bonheur et…..le fait de faire des listes. Pour être heureux, faites donc des listes….

Pour me réconforter, un peu du philosophe anglais Alain de Botton, qui, lui, fait du pessimisme une vertu.

Publicités

Une réponse à “Bonheur – bien conduire sa vie

  1. Pingback: Bonheur – pour être heureux, n’y croyez pas et acheter du choux en hiver « Morgan Poulizac·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s