Innovation sociale – outils – les CCT

L’un des programmes de développement les plus larges et, incidemment, les plus évalués, est la politique des transferts conditionnés d’argent, ou conditional cash transferts (CCT).

Ces programmes, dont le principe est de conditionner le versement d’une somme d’argent à l’adoption d’un certain type de comportement, ont été d’abord mis en oeuvre au Mexique à la fin des années 1990. Il s’agissait en l’occurrence de conditionner le versement d’une aide sociale individuelle à la participation des enfants à l’école et ainsi lutter contre l’absentéisme scolaire.

Le programme, intitulé Opportunidades, bénéficie aujourd’hui à 15% de la population et a démontré une telle efficacité qu’il s’est peu à peu diffusé à l’ensemble du continent puis à d’autres pays en voie de développement. L’exemple aujourd’hui le plus emblématique de la réussite des CCT est bien sûr le Brésil qui a fait de ce mécanisme d’incitation la colonne vertébrale de son système d’aide sociale.

Lula, désigné président du Brésil, fait du programme Bolsa familia la clef de voute de son programme d’aide aux familles défavorisées et conditionne le versement des aides non seulement à la participation scolaire mais également à l’accomplissement d’actes de prévention. Une fois encore, le programme s’avère plus efficace que tout autre dispositif et couvre aujourd’hui un quart de la population brésilienne.

Là encore, comme indiqué dans d’autres billets, l’enjeu est de trouver l’incitation adaptée qui permettra aux familles défavorisées d’adopter les comportements les plus favorables pour eux. Il s’agit donc encore d’un cas explicite de paternalisme libertaire.

Les CCT font l’admiration des organisations internationales et tendent à inspirer également les politiques dans les pays riches.

Aux Etats-Unis, la ville de New York a récemment lancé un premier programme de CCT à destination des familles défavorisées sans que les résultats soient pour le moment significatifs.

En France, le haut commissaire aux solidarités actives a lui aussi eu pareille velléité en créant une cagnotte scolaire pour les classes qui diminueraient leur niveau d’absentéisme scolaire. Cependant, en ajoutant comme paramètre la pression des pairs et en s’adressant non aux familles mais aux enfants directement, le haut commissaire prenait le risque de diluer l’impact potentiel du programme, ce que les évaluations devaient clairement indiquées. L’échec du programme, s’il permait d’en finir avec une fausse bonne idée, ne devrait cependant pas décourager de mobiliser le CCT pour réduire l’absentéisme scolaire et d’autres protocoles expérimentaux pourraient voir le jour, s’adressant directement aux familles et comparant ce groupe avec d’autres enfants non soumis à ce type d’incitations, voire contraints par la menace de voir les allocations de leurs parents réduites. Les résultats seraient sans doute surprenant.

Au demeurant, le CCT demeure une des pistes les plus intéressantes pour conduire les individus à réaliser certains arbitrages simples et néanmoins favorables. En matière de prévention sanitaire, de lutte contre l’absentéisme scolaire, mais aussi de décrochage dans l’apprentissage ou d’autres matières, le recours aux CCT pourraient modifier la préférence pour le présent de certains individus et valoriser l’investissement des familles dans le futur de leurs enfants.

Morgan Poulizac

10 réponses à “Innovation sociale – outils – les CCT

  1. Pingback: Innovation sociale – exemples – comment Bill Gates révolutionne la lutte contre la pauvreté « Morgan Poulizac·

  2. Pingback: Liens pour lire et pour voir « Morgan Poulizac·

  3. Pingback: L’avenir de l’Etat « Morgan Poulizac·

  4. Pingback: Qu’est ce qu’une protection sociale mondiale ? « Morgan Poulizac·

  5. Pingback: Faut-il donner de l’argent aux sans-abris ? « Morgan Poulizac·

  6. Pingback: On souffle en procrastinant « Morgan Poulizac·

  7. Pingback: Donner directement aux pauvres du cash « Morgan Poulizac·

  8. Pingback: Innovation sociale et éducation | Morgan Poulizac·

  9. Pingback: lutter contre la pauvreté : téléphone mobile, cash transfert | Morgan Poulizac·

  10. Pingback: Tant qu’il n’est pas question de minute | Morgan Poulizac·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s