Qu’est ce qu’une protection sociale mondiale ?

Entendu à la radio ce matin, l’ancienne présidente du Chili, Michèle Bachelet, était de passage en France pour promouvoir l’initiative internationale qu’elle porte sous l’égide  l’ONU, la constitution d’un socle mondial de protection sociale.

Le projet d’offrir de manière universelle une protection sociale est sans doute un des rares projets qui permettent à la communauté internationale de donner chair à l’idée de progrès social mondial, le G20 en a fait un des éléments de son programme de travail (ça ne mange pas de pain), DSK se déclare plutôt en faveur d’un tel projet (pourquoi pas), même la banque mondiale lance un groupe de travail à ce sujet, mais qu’en est-il vraiment?

L’idée d’un » socle mondial de protection sociale » ne signifie pas la création d’un revenu universel mondial. Nous avons certes quelques raisons de se réjouir de pouvoir offrir à tous les Français le revenu de Solidarité active, il n’est pourtant pas dit qu’il constitue pour autant une référence lorsqu’il s’agit d’imaginer une protection sociale mondiale et si, comme semblait l’indiquer Martin Hirsch récemment, même les chinois s’interrogent sur le fonctionnement du rSa c’est certainement que :

– soit parce que les industries françaises n’inventant plus rien, les chinois souhaitent se lancer dans la contrefaçon du dernier art de vivre français: les politiques sociales

– soit parce que les écoles d’administration chinoise ont besoin d’exemples internationaux pour expliquer le fonctionnement bureaucratique (le rsa c’est simple, vous prenez l’Etat, les associations, pole emploi, la caf, la msa, la cpam et un usager……)

– soit enfin parce qu’ils font une enquête sur les travailleurs clandestins chinois en France.

Dans tous les cas, ce n’est sans doute pas pour le transposer en Chine. Non, la protection sociale mondiale consiste à réfléchir aux conditions d’accès de 80% de la population mondiale à des services vitaux et de base comme la protection alimentaire, les services de santé et la retraite. Les mécanismes nécessaires sont évidemment le développement des services publics de base pour garantir ces droits (d’où indéniablement des boulevards de créativité et d’innovation pour des entreprises qui souhaiteraient s’associer à des états dans ces chantiers) et les transferts d’argent.

Les transferts d’argent constitue un moyen très efficace de lutter contre la pauvreté, et pas seulement dans les pays pauvres. On considère que les transferts monétaires réduisent à eux seuls 50% du taux de pauvreté dans les pays riches (parfois plus comme en France).

La question, comme bien souvent, n’est pas celle du montant nécessaire pour mettre sur pied des transferts (le Brésil constitue un cas d’école en l’espèce) mais plutôt celle des modalités de transferts de cet argent.

J’ai à plusieurs reprises parler des transferts conditionnés d’argent au Brésil ou au Mexique. Au Brésil, la bolsa familial (qui est pourtant légitimement critiquée) a réduit de 20% la pauvreté dans le pays pour un coût équivalent à 0,5% du PIB. Le tableau ci-dessous, issu des travaux du groupe de travail, compile certaines de ses expériences.

Advertisements

Une réponse à “Qu’est ce qu’une protection sociale mondiale ?

  1. Pingback: lutter contre la pauvreté : téléphone mobile, cash transfert | Morgan Poulizac·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s