Budget anglais : austérité

George Osborne, chancelier de l’échéquier (voilà qui est plus joli que ministre des finances) vient de révéler le budget 2011 anglais. Rien de très neuf à vrai dire (c’est The economist qui le dit), les grosses économies ayant été annoncées l’année dernière.

Le gouvernement Cameron poursuit donc sur son élan de réduire drastiquement les dépenses de l’Etat pour notamment réduire le déficit (70% du PIB) et ne pas inquiéter les investisseurs étrangers. Voilà pour le discours technique.

Politiquement cependant, le récent budget est assis sur la conviction que l’Etat, pour se réformer doit dépenser moins et mieux. L’Etat, c’est la logique, devrait prendre en considération les attentes du marché et agir en conséquence, c’est à dire la jouer plus modeste.

L’argument selon lequel l’austérité fiscale est un bon remède à la situation des déficits est régulièrement battu en brèche par des gens plus qualifiés que moi. Il n’y aurait, selon Paul Krugman dans un récent édito, aucune raison de redouter la contrainte des marchés. Pire, l’austérité fiscale menacerait toute reprise économique et notamment tout programme crédible de lutte contre le chômage.

Cette année, Cameron a mis l’accélérateur sur les coupes budgétaires sociales, 100 milliards en cinq ans. Comme le rapporte The Guardian, ces économies conduisent dés à présent certains services sociaux à mettre la clé sous la porte.

Pourtant, rien ne dit que l’Etat ne devrait pas au contraire s’endetter pour venir en aide aux plus fragiles, investir massivement dans l’emploi, la santé, quitte à emprunter l’argent que l’on a pas. Ce qui est en revanche certain, c’est que les Etats n’ont plus les moyens de raser gratis et notamment de financer des services qui ne parviennent pas à faire la démonstration de leur efficacité.

Les anglais, c’est le printemps, commencent à descendre dans la rue pour défendre leurs services publics. L’opinion est évidemment divisée, quel est le socle de service public qui doivent être intouchables, quel est le panier de services à garantir en tout point du territoire. Bref, l’Angleterre se livre à un exercice de démocratie.

Pendant ce temps là, les journaux français scrutent les dérapages de Guéant (en sont-il vraiment), se demandent pourquoi les jeunes votes Le Pen (parce qu’ils ne lisent pas libé voyons !). Bref, la France cultive son côté méditerranéen. C’est le printemps je vous dis.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s