Week-end à Naples

Silence depuis quelques jours, j’avais prévenu que je faisais mes valises. Mais où? A Naples. Rien à voir donc avec le thème de ce blog, ok.

Deux ou trois indications tout de même. En Campanie, j’ai bu d’excellents cafés, ces derniers allant de 0,70 euro au comptoir des buffets de gare à 3,5 euros sur la place Umberto 1 de Capri.

 

Capri n’est pas seulement ce que l’on sait, c’est là que s’achève le Mépris. Erri de Luca, un écrivain né à Naples écrit quelque part que « le bonheur est toujours une embuscade. On est pris par suprise. Le jour d’avant est le meilleur… ». Le mépris s’achève, certaines douleurs non, c’est une mise en garde qu’on lit trop peu souvent avant d’aller à Naples.

Demain, on bosse, il y a le programme du parti sans candidat à regarder.

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s