Marks and spencer de retour en France

(photo de Martin Parr)

Une petite minorité de Français, inconsolable de la fermeture des magasins Marks and Spencer en France, se rendait chaque année à Londres, sous prétexte d’aller voir la dernière exposition de la Tate Modern, mais en fait pour aller passer quelques heures dans le Marks and Spencer d’Oxford street, acheter du houmous, des caleçons, des chaussettes, des chemises, bref se vautrer dans la béatitude spencerienne. J’étais de ceux-là.

L’enseigne britannique n’est plus seulement le tailleur officiel de votre professeur d’allemand du collège, c’est désormais une marque où on trouve de quoi se restaurer et s’habiller (même si le rayon chaussette et caleçon reste un must), même avant 50 ans. On ne peut donc que se réjouir d’apprendre qu’elle envisage de se réimplanter en France.

Outre mon plaisir, immense, cette annonce permet de mentionner un des distributeurs les plus avancés en matière de responsabilité sociale et environnementale et, à ce titre, un exemple pour l’ensemble des marques françaises.

En effet, depuis une dizaine d’années, Marks and Spencer a progressivement revisité sa chaîne de production et de fourniture pour devenir une marque modèle, ou en tout cas une marque dont le modèle n’est plus seulement dans la performance financière.

  • Elle offre 350 produits labellisés Fairtrade (label très contestable mais c’est le seul qui existe)
  • Elle dispose d’une marque propre de produits cosmétiques bio
  • Elle est devenue le principal vendeur de carotte anglaises (en réduisant ces importations)
  • Elle a développé un type d’asperges qui peut être commercialisé un mois de plus
  • 62% de ses poissons sont labellisés pêche responsable
  • Elle ne vend que du bacon « anglais »  (c’est la seule)
  • Elle utilise des bouteilles en plastique recyclées pour produire du polyester
  • Elle envisage d’utiliser 10% de cotons bio pour la confection de ses vêtements
  • Elle propose à ses clients de ramener leurs vieux vêtements marks and spencer pour de la collecte en faveur d’Oxfam, contre des bons d’achats

Plus généralement, notamment à travers le programme plan A, Marks and Spencer associe ses clients et surtout ses collaborateurs pour développer des initiatives « durables » dans l’ensemble de ses magasins, transformant un endroit où on achète son pain de mie en un projet d’engagement personnel en faveur des autres, bref en proposant à « ces parties prenantes » de participer à l’élaboration du projet de responsabilité sociale.

On est loin, très loin, de magasins militants (Naturalia) ou indifférents (je vous laisse faire la liste), Marks and spencer offre un modèle en évolution vraiment intéressant à observer et on attend avec impatience de voir ce qu’il en sera à Paris.

L’ironie veut qu’au moment où Marks and Spencer ouvre son magasin sera inauguré non loin de là la première enseigne Abercombrie, sorte de caricature de la société d’hyperconsommation qui parvient à faire croire à certains et à certaines que le bonheur est dans un tee-shirt (j’en connais)- pour s’en convaincre- il suffit de mentionner que c’est la seule marque qui vend des Tee shirt en montrant des garçons torses nus (c’est comme vendre une voiture en filmant un type à trottinette).

Publicités

Une réponse à “Marks and spencer de retour en France

  1. Pingback: Recap: entreprises et pauvreté « Morgan Poulizac·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s