Manet avec la manière

Pourquoi ne va-t-on jamais au musée d’orsay?:

– c’est loin, et c’est rive gauche

– c’est plein de touristes américains à baskets blanches et ça ça craint

– le dimanche, c’est bloqué pour le ménage

– le dimanche, y a des « super programmes sur m6, me fais pas chier »

bref, en 10 ans, je n’avais pas eu l’occasion d’aller au musée d’orsay, dommage.

j’y suis allé aujourd’hui pour voir deux expos. Une première, sur Mahler qui ne plaira sans doute qu’aux admirateurs (tel que je suis) capables de passer 5 minutes devant l’ultime baguette du grand maître.

La seconde, sur Manet qui, je dois l’admettre, a provoqué chez moi une fascination comme rarement. Autant je m’étais ennuyé avec celui qui paignait ce qu’il ressentait (Monet), paignait ce qui lui plaisait (Van Dongen), que j’étais ébloui par celui qui paignait ce qu’il fantasmait (Poussain à Rome) sans parvenir à partager avec lui la même émotion, autant je m’incline devant Manet et sa crudité, sa façon de peindre avec la même élégance une asperge (dont c’est le début de la saison au passage), un crime espagnol, un prêtre en prière et une prostitué, bref de regarder les choses crument avec le génie que je n’aurai jamais. Il faut aller voir Manet!

Du coup, le soir, j’ai regardé à nouveau le film de Renoir dont le titre s’inspire d’une toile de Manet, le déjeuner sur l’herbe.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s