Pourquoi l’échec du CV anonyme est une bonne nouvelle?

Les grosses têtes de PSE viennent de remettre leur rapport d’évaluation de l’impact du cv anonyme ( voici la synthese) . C’est, comme d’habitude, clair, solide et simplement incompréhensible quand on essaie de lire autre chose que la synthèse.

D’après l’étude menée, le cv anonyme aurait un effet contre productif sur les chances des candidats à trouver du boulot et même à obtenir des entretiens. La démonstration est suffisamment explicite pour que les résultats ne laissent pas place au doute: le cv anonyme est une fausse bonne idée et c’est une bonne nouvelle.

Tout d’abord, il est toujours agréable de voir une politique publique passée sous les fourches d’une évaluation rigoureuse. Souhaitons que la conclusion qui en sera tirée soit tout aussi claire que ses résultats (rien ne vaut un échec)

Elle prend à contre pied l’esprit rawlsien de l’égalité des chances pour lequel il suffirait de jeter un voile d’ignorance sur les phénomènes sociaux pour en corriger les inégalités. Bien au contraire, d’après les chercheurs, il y aurait une auto-correction des inégalités dans le comportement des recruteurs qui les pousserait à faire preuve de plus d’indulgence vis à vis des candidats issus de l’immigration.

Elle souligne qu’il ne sert à rien de vouloir lutter contre les inégalités par des outils qui alimentent la méfiance et la défiance des uns vis à vis des autres, que, tout à l’inverse, les individus font preuve plus spontanément d’un sens moral (ou d’une certaine éthique de l’égalité) lorsque le choix leur ait offert.

Elle montre ainsi qu’on ne lutte pas contre les inégalités en se jouant des employeurs, qu’ainsi, si on veut les combattre, il faut sans doute prendre le sujet un peu plus en amont.

Elle pointe le risque d’une vision politiquement correcte de la société, propagée dans les partis politiques comme dans les fondations où le mystère vaut mieux que la vérité.

Elle rappelle que les idées géniales et gadgets sont souvent plus faciles à exprimer qu’à faire fructifier. Cela devrait inciter les partis politiques, dans la préparation des programmes de leur candidat, de proposer que toute nouvelle idée soit soumise à évaluation avant d’être généralisée. Ce serait sans aucun doute un grand pas pour la fabrique des politiques.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s