L’entreprise sociale à toutes les sauces (poulette, barbecue et moutarde)

"je plaisante pas. Comme ça elle était"

Si elle est à la mode, l’entreprise sociale peut l’être à la mode cockney (UK), mode poulette (Bruxelles), mode titi (parisienne). On parle dans tous les sens de l’entreprise sociale, tantôt pour la tirer du côté de l‘économie sociale (le mouves, dans sa tentative désespérée d’être en avance, quitte à l’être tout seul malgré les qualités réelles du papier de son délégué général), de l’adaptation du marché (façon Barnier et les résultats de la consultation sur le marché unique), des modèles à lucrativité limitée (inspiré du secteur social britannique).

Pas sûr qu’au final tous ses gens se retrouvent au même endroit au bout du chemin. Le point en effet n’est pas de savoir s’il faut lutter contre la pauvreté (ça a priori, on est tous d’accord) mais de savoir comment s’y prendre ?, quelle place pour le profit?, quel destin pour les projets foireux?, quelle prévalence pour l’Etat?, comme sanctuariser certains segments du marché?

Et tant que tout ceci ne sera pas clarifié, décortiqué et expliqué, ce sera toujours la fête à jojo et la foire aux gogos.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s