Chaleur et inégalités, vite un Godet

Le débat sur la pauvreté cède peu à peu la place sur celui des inégalités….en tout cas pourrait. Certains préfèrent concentrer leurs efforts sur une tentative vaine et certainement politiquement efficace de désigner les « mauvais » pauvres, on pourrait aussi s’interroger davantage sur certains causes de ces inégalités néfastes.

Michel Godet, qui écrit parfois plus vite qu’il ne réfléchit, signe dans les Echos une tribune sur la dynamique d’inégalité observée dans la constitution des patrimoines. La critique d’une soit disant « politique d’égalités des chances », qui prétendrait que quelques correctifs à une situation donnée garantirait une justice sociale, me paraît plus justifiée que jamais, les politiques publiques désignant cet effort « d’égalité » ayant toutes formidablement échouées.

Si l’égalité des chances est un concept flou et creux, il faut donc travailler sur les inégalités de constitution du capital social et financier. Godet rappelle que les 10% des personnes les plus riches possèdent 50% du patrimoine tandis que les 50% les plus pauvres n’en possèdent que 7%. C’est non seulement vrai mais cela creuse plus encore les inégalités intergénérationnelles et intragénérationnelles, autrement dit, la patrimoine disponible relève souvent plus de ce que me laissent mes parentes que de ce que j’ai éventuellement gagner grâce à mes efforts personnels.

Cela me permet de mentionner une brève note de l’OCDE (pdf) dans le cadre de leur forum sur les inégalités sociales, parue au début du mois.

On y voit notamment que en France comme dans bon nombre de pays de l’OCDE, les revenus de patrimoine jouent un rôle croissant dans l’augmentation et la variation des revenus. C’est moins net en France que dans d’autres pays, l’effet est néanmoins frappant.

Conclusion. Godet a sans doute raison de se préoccuper de l’évolution des inégalités de patrimoine et de proposer en conséquence une révision franche, et à la hausse, de la politique d’impôt sur les successions. Cela permettrait au passage de bénéficier d’une ressource supplémentaire pour financier la prise en charge de la dépendance et pourquoi pas le financement d’une partie de l’allocation jeunes dont on parle si souvent. Bref de redécouvrir les vertus de la solidarité intergénérationnelle. C’est y pas beau, allez, vite, encore un godet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s