Femmes en avenir : pourquoi c’est un bon projet

Le projet 15 femmes en avenir est un programme de formation aux métiers de la cuisine destiné à des femmes sans qualification issus de certains quartiers de la politique de la ville. Il est porté par le groupe Alain Ducasse qui associe ses établissements en accueillant pendant plusieurs mois une des stagiaires en formation. La semaine dernière, elles ont préparé la popotte pour le premier ministre et c’était vraiment bon.

Le problème sous-jacent est assez simple. Il s’agit de femmes, en général de plus de 35 ans, qui n’ont pour ainsi dire pas de formation et qui se retrouvent coincées à la maison à cause de leurs enfants ou contraintes de faire des boulots à très faible qualification. Elles ont pourtant souvent des qualités et de la personnalité mais pour trouver un autre travail il faudrait qu’elles trouvent une solution pour la garde de leurs enfants, qu’une formation leur soit proposée avec, si possible, un boulot à la clef. Cela fait beaucoup de conditions pour réussir et en règle général l’histoire s’arrête là.

l’originalité du programme tient donc premièrement à traiter toutes ces difficultés pour leur permettre de faire autre chose que des ménages à la fin. Pour y parvenir, il faut ensuite faire preuve d’un peu d’ingéniosité en raccordant des aides éparses et en faisant travailler ensemble les acteurs de l’insertion, de la formation et des employeurs. A petite échelle et avec le soutien d’élus locaux, ça passe aussi. Ce qui est intéressant, c’est de voir comment en partant d’un projet assez simple, il est possible de réfléchir aux conditions de changement d’échelle de ce type de programme et notamment aux conditions de sa pérennité financière, là ça devient franchement drôle.

C’est évidemment un bon projet parce que je m’en occupe……mais ça on s’en doutait et enfin parce que ses initiateurs n’en demandent pas trop. Pour preuve, la tribune parue ce jour dans le journal LeMonde.

Si ça c’est pas de la promotion.

2 réponses à “Femmes en avenir : pourquoi c’est un bon projet

  1. Pingback: Composantes de l’innovation sociale « Morgan Poulizac·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s