Liens pour les lire : un peu d’économie

Quelques liens intéressants sur les récents déboires économiques. Pas facile en effet de trouver des analyses vraiment pertinentes sur le sujet de la Grèce, de la dette et de l’interaction entre la construction politique européenne et son économie sans, soit tomber dans des trucs illisibles ou pour surdoués, soit se contenter des analyses faméliques trouvés dans les médias français, preuve s’il le fallait que nos journalistes ont un talent dingue pour causer stratégie politique, beaucoup moins quand il s’agit de choses plus techniques. Je conseille d’ailleurs à tous de regarder les chaînes d’information en continu sur le cable (on a de toute manière que ça à faire), vous remplacez « crise de la dette » par « Tour de France » et vous avez le même résultat, le maillot jaune étant toujours détenu par la chaîne du business BFM pour laquelle les connaissances en économie ne sont visiblement pas un critère de recrutement.

Avant on pouvait dire que la Grande Bretagne avait certes The Guardian et The economist mais qu’il faisait tout le temps mauvais; maintenant on a toujours nos journaux français mais on a aussi le mauvais temps….

Analyse donc de Nouriel Roubini, gouru de la finance, sur ce qui se passe en Grèce, une analyse finalement assez raccord avec les propositions de Pigasse ce matin dans Libé : on restructure méthodiquement, on muscle l’Europe économique et on réfléchit aux politiques de croissance.

Analyse a peu près similaire de la part de Larry Summers, ancien secrétaire du Trésor, plaidant lui aussi pour ne pas poursuivre des prêts à la Grèce mais de restructurer la dette, quelqu’en soit le coût économique ou politique.

Analyse pas si éloignée sur le fond de l’économiste Guido Tabellini, quoique plus politique dans les conclusions qu’il en tire, sur la nécessité de prévenir les déboires à venir en renforçant le mandat de la banque centrale européenne et en durcissant les conditions de la solidarité économique européenne, autrement dit en accroissant les transferts de souveraineté.

– En complément, ce portrait fascinant d’un des plus puissants gérants de hedge funds, Ray Dalio, ceux là même qui plument la Grèce, dans le New Yorker. Le type est visiblement une enflure et il le revendique.

– Pour finir, l’économie consumériste « à l’américaine » appartient-elle au passé. Réponse par le chroniqueur éco du New York Times.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s