Réformes de systèmes de santé – suite : paiement à la performance et autres petites choses

La prochaine convention entre l’assurance maladie et les médecins libéraux va donc inclure une part variable de paiement à la performance. Houra ! Vieux serpent des négociations entre la CNAM et le secteur libéral, l’introduction franche de la notion de paiement à la performance marque sans aucun doute une évolution notable dans la conception de notre système de soins. Sans en faire des tonnes, cette idée de paiement à la performance existe déjà depuis une dizaine d’années au travers d’un ensemble de petites incitations distribuées par la caisse à ses chers médecins. Jamais auparavant, elle n’avait été exprimé aussi clairement.

C’est évidemment une heureuse nouvelle et il était temps d’y passer, le paiement à l’acte étant juste inflationniste et répondant plus aux préoccupations des concessionnaires BMW qu’aux nécessités de notre système de soins.

C’est en outre une problématique absolument passionnante à démêler : quels indicateurs, quel suivi. On a par exemple constaté que la mise en place du paiement à performance en Angleterre n’avait pas apporté les résultats escomptés en terme de qualité des soins ou de contrôle des dépenses, parce que le système de contrôle de cette performance était fondamentalement mal fichu.

Deux autres informations sur la réforme des systèmes de santé: le NHS, qui n’en finit plus de se réformer, va officiellement ouvrir une brèche dans le tout public en privatisant certains de ses services. L’hôpital public français ne pourrait-il pas s’en inspirer directement ?

Une autre actualité qui est pareillement une voie de réforme pour notre système de soins. Health affairs a publié les résultats d’une étude relative à des formes collectives d’organisation de soins, des maisons de santé pour dire court, c’est tout à fait intéressant (pdf )

Ainsi, en trois actus, les trois piliers d’une réforme du système de santé en France :

– renforcement du paiement à la performance

– réforme de l’hôpital en l’ouvrant plus fortement à la concurrence et à des formes de privatisation

– réorganisation de l’offre de soins primaires autour de maisons de santé pluridisciplinaires

C’est évidemment beaucoup plus complexe à faire qu’à dire mais cela impliquerait déjà d’en finir avec trois mythes français: l’exclusivité du paiement à l’acte; la fétichisation de l’hôpital tout public; la liberté d’installation des médecins libéraux.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s