Va falloir sabrer clair, mais où

Les émeutes britanniques sont moins surprenantes par leur ampleur et leur vigueur que révélatrices de notre difficulté crasse à voir les choses comme elles sont.

Souvenons-nous très rapidement des commentaires qui avaient suivi les émeutes dans les banlieues françaises: naufrage de l’intégration, geste « politique » désespéré …. bref du gros et du lourd, de l’analytique, du symbolique et de l’hyperbolique : convenables pour l’ehess et quelques bancs de l’assemblée, faibles pour en tirer la moindre leçon politique. Avec la conséquence que l’on sait : rien.

En Grande-Bretagne, on le dit et on l’assume, les jeunes qui s’en prennent aux magasins et aux vitrines n’en ont que faire de la politique (quiconque dit que c’est déjà de la politique mérite une fessée), sont anomiques (ça fait chic mais ça veut juste dire qu’ils n’ont pas de freins ni de repères), qu’ils sont plus intéressés à dévaliser H&M qu’à inquiéter Westminster. Voilà, les choses sont dites, et, partant de là, on peut commencer à causer de ce que cela signifie en termes de politique. Ils sont les purs produits de l’individualisme capitaliste, sans qu’il soit nécessaire d’y voir quelque chose de négatif, c’est un fait, fermer le banc.

Après les indignés de Madrid, les excités de Londres, nous ne sommes qu’au début d’un embrasement probable de ceux qui n’en sont pas (le terme exclus est à exclure puisqu’on ne sait jamais de quoi ils sont exclus).

Le Center for American Progress, décidément le think tank qu’il faudrait inventer en France dans la mesure où il ne se contente pas de commenter mais également d’analyser, chiffres à l’appui et de proposer (avis aux généreux donateurs), signe un papier cinglant sur la mesure de la pauvreté aux Etats-Unis et rappelant à qui veut l’entendre que la possession d’un micro-onde ou d’un téléphone portable n’est pas signe de richesse mais que son absence est en revanche un signe de pauvreté.

Un schéma vaut mieux qu’une longue explication, la suite se trouve là. (le travail n’est pas très différent du boulot, en power point évidemment, du BCG, pour le compte de la chaire entreprise et pauvreté de HEC pdf).

Un dernier mot pour dire chapeau. J’ai lu ce matin que l’Unicef ne parvenait pas à collecter suffisamment d’argent pour mettre en oeuvre le programme de lutte contre la famine qui s’abat sur la Somalie. Bobos de la planète entière (et du 11e arrondissement en particulier), vous avez été capable de donner sans compter pour le Japon, de faire des déjeuners, des concerts, des bracelets. De deux choses l’une, soit vous arrêtez de donner pour des causes qui n’en sont qu’à moitié (à ma connaissance, les japonais ne crèvent pas de faim), soit vous faîtes preuve de plus de générosité pour les causes qui en sont.

Comme tout ceci me déprime (et bien d’autres choses encore), j’en rajoute une couche pour conclure avec ce morceau formidable, argentin, racontant le suicide de la poétesse Alfonsina Storni et interprété par Avishai Cohen, tout seul à la contrebasse.

 

 

Sinon, comme tout ceci est vraiment déprimant

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s