Luxe, calme et pauvreté

Après quelques semaines off.

Le luxe, ce secteur qui ne connaît pas la crise, se découvrirait-il une vocation sociale. Il ne suffit certes pas de mettre Angelina dans une barque avec un sac hors de prix pour convaincre le premier venu (quoique). Le Financial times signe un long papier sur le nouvel attrait du secteur du luxe pour ces questions, soulignant combien les initiatives se développaient, au point d’être même sans doute plus qu’une mode, qui elle est forcément de saison.

Difficile de se prononcer sur la question. Il est cependant clair que si le luxe doit nous faire rêver, il doit se garder de nous narguer. Exit donc les mises en scènes, forcément obscènes, d’argent; l’heure est à la modestie, quoique raffinée.

Plus fondamentalement, il semble que le mouvement, visible dans pratiquement tous les secteurs d’activité marchandes, vers des formes socialement responsables, porte à valoriser certaines vertus plutôt que d’autres : la confiance (fiabilité, sécurité, transparence), l’alterité (l’écoute, l’attention, la générosité) et la responsabilité.

Que faut-il en penser ? Un peu toujours la même chose quand il s’agit de rSe et de ses avatars. Le jour où le patron d’une entreprise de luxe placera ce genre d’initiatives au même niveau d’importance que ses résultats trimestriels (non pas devant mais au même niveau) pendant son traditionnel road show, il sera temps d’en reparler.

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s